SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2010-2011 Zitting 2010-2011
________________
20 avril 2011 20 april 2011
________________
Question écrite n° 5-2127 Schriftelijke vraag nr. 5-2127

de Anke Van dermeersch (Vlaams Belang)

van Anke Van dermeersch (Vlaams Belang)

au ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Mauvais traitements infligés aux animaux - Classements sans suite Dierenmishandeling - Seponeringen 
________________
protection des animaux
poursuite judiciaire
statistique officielle
dierenbescherming
gerechtelijke vervolging
officiële statistiek
________ ________
20/4/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
20/4/2011 Verzending vraag
7/12/2011 Dossier gesloten
________ ________
Aussi posée à : question écrite 5-2126
Réintroduite comme : question écrite 5-4483
Aussi posée à : question écrite 5-2126
Réintroduite comme : question écrite 5-4483
________ ________
Question n° 5-2127 du 20 avril 2011 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-2127 d.d. 20 april 2011 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

De nombreuses dispositions du droit pénal restent trop souvent lettre morte dans la pratique parce que les plaintes sont très souvent classées sans suite. C'est particulièrement le cas en ce qui concerne les mauvais traitements infligés aux animaux et les infractions à la législation en matière de bien être animal.

Dans quel pourcentage de cas une plainte pour mauvais traitements infligés à des animaux et/ou pour négligence envers ceux-ci est elle classée sans suite ? Dans quel pourcentage de cas une plainte aboutit elle à une condamnation ?

J'aimerais obtenir une ventilation entre, d'une part, les faits commis par des personnes privées et, d'autre part, les faits commis par des propriétaires, des vétérinaires et/ou des membres du personnel de refuges pour animaux, de jardins zoologiques, de laboratoires ou de centres d'accueil pour animaux ?

 

Vele bepalingen in het strafrecht blijven in praktijk al te vaak dode letter, omdat er slechts zelden echt werk wordt gemaakt van aanklachten. Dat is in het bijzonder het geval waar het dierenmishandeling en overtredingen van de wetgeving inzake dierenwelzijn betreft.

In hoeveel procent van de gevallen leidt een klacht wegens mishandeling en/of verwaarlozing van dieren tot seponering? In hoeveel procent van de gevallen leidt een klacht tenslotte tot een veroordeling?

Kan dit opgesplitst worden tussen enerzijds feiten gepleegd door privépersonen en anderzijds feiten gepleegd door eigenaars, dierenartsen en/of personeelsleden van dierenasielen, dierentuinen, laboratoria of opvangcentra voor dieren?