SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2013-2014 Zitting 2013-2014
________________
25 février 2014 25 februari 2014
________________
Question écrite n° 5-11186 Schriftelijke vraag nr. 5-11186

de Martine Taelman (Open Vld)

van Martine Taelman (Open Vld)

à la ministre de la Justice

aan de minister van Justitie
________________
Faillites frauduleuses - Acquisitions frauduleuses - Lutte et sanction - Statistiques - Pays-Bas - Système de traçage Faillissementsfraude - Acquisitiefraude - Aanpak en bestraffing - Cijfergegevens - Nederland - Track-systeem 
________________
faillite
fraude
faillissement
fraude
________ ________
25/2/2014 Verzending vraag
28/4/2014 Einde zittingsperiode
25/2/2014 Verzending vraag
28/4/2014 Einde zittingsperiode
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-11185 Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 5-11185
________ ________
Question n° 5-11186 du 25 février 2014 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-11186 d.d. 25 februari 2014 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le préjudice économique causé par une faillite frauduleuse est particulièrement grand. Une étude menée aux Pays-Bas évalue le préjudice des créanciers à au moins 1,5 milliard d'euros. Outre le créancier qu'est le contribuable, d'autres entrepreneurs sont eux aussi lésés. Une faillite frauduleuse précipite souvent aussi dans le gouffre des entreprises sérieuses. La faillite frauduleuse peut prendre la forme d'une acquisition frauduleuse. Elle consiste à créer une société afin de transférer des capitaux ou des biens par des voies détournées puis de faire faillite. Les Pays-Bas veulent intensifier la lutte contre ces pratiques dont des travailleurs et entreprises honnêtes sont aussi victimes. L'intention y est de punir de deux ans de prison quiconque met intentionnellement une entreprise en difficulté financière ou omet de remplir les formalités administratives liées à une faillite. Celui qui en tire un enrichissement personnel s'expose même à une peine de quatre années de réclusion. En outre, une obligation de notification est instaurée pour les curateurs. Trop souvent en effet, on suit la règle de conduite suivante : si la masse de la faillite est nulle, il n'y a pas d'enquête. Ces dernières années, le dommage subi par des créanciers à la suite de faillites a explosé aux Pays-Bas, ce qui a accru sensiblement le risque de faillites en cascade d'autres entreprises. Entre 2002 et 2010, la dette totale des entreprises faillies a triplé aux Pays-Bas pour s'établir à 4,5 milliards par an. En 2012, il serait même question de 7,5 milliards d'euros sur une base annuelle.

Je souhaiterais obtenir une réponse aux questions suivantes.

1) Pouvez-vous indiquer le montant du préjudice annuel causé par des faillites frauduleuses au cours des trois dernières années et ce, pour la sécurité sociale, pour la TVA et pour les impôts directs et indirects ? Pouvez-vous commenter ces chiffres à la lumière des statistiques néerlandaises ?

2) Pouvez-vous indiquer le montant annuel total des dettes des entreprises faillies pour les trois dernières années ? Observe-t-on, comme aux Pays-Bas, une croissance exponentielle de ces dettes ? Si oui, comment expliquez-vous ce phénomène ?

3) Pouvez-vous indiquer si les faillites frauduleuses représentent aussi 1,5 milliard d'euros par an dans notre pays ? Pouvez-vous développer votre réponse ?

4) Connaissez-vous le système de traçage appliqué par le ministère néerlandais de la Justice, qui fait un relevé de toutes les sociétés dont une personne est administrateur ? Disposons-nous d'un système semblable ? Dans la négative, pour quelle raison ? N'estimez-vous pas un tel système judicieux ?

 

De economische schade van faillissementsfraude is bijzonder groot. Een onderzoek uit Nederland evalueert de schade voor schuldeisers op ten minste 1,5 miljard euro. Naast de belastingbetaler die gedupeerd wordt als schuldeiser is de schade bij andere ondernemers bijzonder groot. Dikwijls sleurt een frauduleus faillissement ook bonafide ondernemingen mee in de put. Faillissementsfraude kan voorvallen onder de vorm van acquisitiefraude. Hierbij wordt een vennootschap opgericht om geld of goederen weg te sluizen en dan failliet te gaan. In Nederland wil men dit harder aanpakken daar bonafide werknemers en ondernemingen hiervan de dupe zijn. In Nederland wil men wie een bedrijf met opzet in financiële nood brengt of de administratie rond een faillissement verzaakt straffen met twee jaar cel. Wie zich hierbij persoonlijk verrijkt riskeert vier jaar cel. Er komt tevens een meldplicht voor curatoren. Te dikwijls wordt immers de stelregel gevolgd: als de boedel leeg is komt er geen onderzoek. De laatste jaren is de schade van faillissementen voor schuldeisers in Nederland geëxplodeerd, waarmee de kans op een domino-effect op faling van andere ondernemingen drastisch toeneemt. Tussen 2002 en 2010 is de totale faillissementschuld verdrievoudigd in Nederland naar 4,5 miljard per jaar. In 2012 zou er zelfs sprake zijn van 7,5 miljard euro op jaarbasis.

Graag had ik hieromtrent dan ook een antwoord gekregen op de volgende vragen :

1) Kan u aangeven welke bedrag er jaarlijks wordt ingeschoten wat betreft de laatste drie jaren tengevolge faillissementsfraude en dit wat betreft de sociale zekerheid, de BTW, de directe en de indirecte belastingen? Kan u deze cijfers duiden in het licht van de Nederlandse cijfers?

2) Kan u aangeven voor de laatste drie jaar hoeveel de totale faillissementschuld op jaarbasis bedraagt? Is er net zoals in Nederland ook bij ons sprake van een exponentiële toename en hoe verklaart u dit?

3) Kan u aangeven of ook in ons land de faillissementsfraude op jaarbasis anderhalf miljard euro bedraagt? Kan u toelichten?

4) Bent u vertrouwd met het Nederlandse TRACK-systeem van het Nederlandse ministerie van justitie dat alle vennootschappen van bestuurders in kaart brengt? Beschikken wij over iets gelijkaardig? Zo neen, waarom niet en acht u dit niet aangewezen?