SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2013-2014 Zitting 2013-2014
________________
23 octobre 2013 23 oktober 2013
________________
Question écrite n° 5-10176 Schriftelijke vraag nr. 5-10176

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

à la vice-première ministre et ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

aan de vice-eersteminister en minister van Sociale Zaken en Volksgezondheid, belast met Beliris en de Federale Culturele Instellingen
________________
l'accès limité aux soins des personnes vulnérables de beperkte toegang tot zorg van kwetsbare mensen 
________________
pauvreté
soins de santé
droit à la santé
armoede
gezondheidsverzorging
recht op gezondheid
________ ________
23/10/2013 Verzending vraag
28/4/2014 Einde zittingsperiode
23/10/2013 Verzending vraag
28/4/2014 Einde zittingsperiode
________ ________
Requalification de : demande d'explications 5-3871
Aussi posée à : question écrite 5-10175
Requalification de : demande d'explications 5-3871
Aussi posée à : question écrite 5-10175
________ ________
Question n° 5-10176 du 23 octobre 2013 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-10176 d.d. 23 oktober 2013 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le rapport annuel de « Médecins du Monde » concernant la situation belge confirme une fois encore une réalité de plus en plus difficile, l'aggravation de la précarité. Parmi les personnes vulnérables de notre société, 66% n'ont pas accès à notre système de soins de santé qui fait pourtant l'objet de tant de louanges. L'extrême complexité de notre système et de ses procédures, la multiplicité des barrières administratives et le cumul des formalités sont en partie responsables de cette situation,que viennent encore aggraver la culture dominante de la classe moyenne et le coût croissant des soins de santé.

Tout cela corrobore la conclusion précédente selon laquelle les personnes en situation de pauvreté sont en moins bonne santé et meurent plus tôt que leurs concitoyens plus privilégiés. Si l'immigration croissante contribue à cette évolution, il est étonnant que « Médecins du Monde » pointe l'augmentation du nombre de malades belgo-belges. Ce sombre rapport attire tout particulièrement l'attention sur le cas des Roms, dont l'état de santé peut être considéré comme exécrable.

Comment la secrétaire d'État évalue-t-elle le rapport résolument négatif de « Médecins du Monde » qui décrit notre système de soins de santé comme extrêmement précaire pour les personnes vulnérables ? Dans quelle mesure la secrétaire d'État mène-t-elle une politique qui cible un meilleur accès aux soins de santé des personnes en situation de pauvreté ? Dans quelle mesure, avec quels moyens, quels instruments et quels programmes la secrétaire d'État s'intéressera-t-elle aux défauts que souligne le rapport, comme l'extrême complexité de notre système de soins de santé, la multiplicité des barrières administratives et le cumul des formalités, qui ont un lien de cause à effet avec à la culture dominante de la classe moyenne, l'accès au système de soins étant en outre entravé par un accroissement continu des coûts ? Comment la secrétaire d'État concilie-t-elle ce cri de désespoir des médecins avec la déclaration qu'elle a faite récemment selon laquelle, n'ayant pas trouvé pas d'affectation pertinente pour 90 millions du budget 2013, elle a préféré les économiser ?

La secrétaire d'État estime-t-elle que ce rapport, qui s'ajoute à un foisonnement de témoignages analogues, n'est pas suffisamment solide pour ériger cette question en véritable priorité et dégager des moyens spécifiques dans ce cadre ? La secrétaire d'État s'est-elle concertée à ce sujet avec sa collègue de la Santé publique ?

 

Het jaarverslag van Dokters van de Wereld over de Belgische realiteit bevestigt nogmaals de steeds meer beklemmende realiteit van de oprukkende armoede. 66% van de kwetsbare mensen in onze samenleving lukt er niet in om onze toch zo geroemde gezondheidszorg te bereiken. Daarbij speelt de uitzonderlijke complexiteit van ons systeem, met vele administratieve drempels, ingewikkelde procedures en een cumul van formaliteiten… dit allemaal versterkt door een overheersende middenklassencultuur en een steeds hogere kostprijs.

Dit alles versterkt de eerdere conclusie dat arme mensen ook minder gezond zijn en sneller sterven dan hun meer bevoorrechte landgenoten. Deze evolutie wordt meebepaald door een stijgende immigratie maar het is opvallend dat de Dokters van de Wereld het groeiende aantal zieke mensen van Belgobelge afkomst beklemtonen. Het onheilspellende rapport verwijst speciaal naar de Roma, waar de gezondheidstoestand als uitzonderlijk slecht mag wordt geëvalueerd.

Hoe evalueert de staatssecretaris het ronduit negatieve rapport van de Dokters van de Wereld, waarin zij onze Belgische gezondheidszorg in relatie tot kwetsbare mensen als uiterst precair omschrijven? In welke mate voert de staatssecretaris een expliciet beleid gericht op een betere toegang van mensen in armoede tot de gezondheidszorg? Welke aandacht, op welke wijze en met welke middelen, instrumenten, programma's enz. besteedt de staatssecretaris aan de euvels die het rapport hieromtrent opsomt, zoals de uitzonderlijke complexiteit van ons systeem, de vele administratieve drempels, de ingewikkelde procedures en de cumul van formaliteiten, oorzakelijk gekoppeld aan een overheersende middenklassencultuur en bijzonder bemoeilijkt door een steeds hogere kostprijs? Hoe koppelt de staatssecretaris deze wanhoopskreet van artsen aan haar recente mededeling dat zo'n 90 miljoen van het budget 2013 van de staatssecretaris geen relevante aanwending vond en dat zij dit graag ter beschikking van de besparingen stelde?

Vindt de staatssecretaris dit rapport, gekoppeld aan de overvloedige soortgelijke getuigenissen, niet voldoende krachtig om hier een sterke prioriteit voor te eisen en aparte middelen voor beschikbaar te stellen? Pleegde de staatssecretaris hieromtrent overleg met haar collega van Volksgezondheid?