SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2009-2010 Zitting 2009-2010
________________
13 avril 2010 13 april 2010
________________
Question écrite n° 4-7525 Schriftelijke vraag nr. 4-7525

de Anke Van dermeersch (Vlaams Belang)

van Anke Van dermeersch (Vlaams Belang)

au vice-premier ministre et ministre des Finances et des Réformes institutionnelles

aan de vice-eersteminister en minister van Financiën en Institutionele Hervormingen
________________
Administration fiscale - Personnel - Répartition régionale Belastingadministratie - Personeel - Regionale verdeling 
________________
administration fiscale
contrôle fiscal
fonction publique
pénurie de main-d'oeuvre
recrutement
belastingadministratie
fiscale controle
overheidsapparaat
tekort aan arbeidskrachten
aanwerving
________ ________
13/4/2010 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 14/5/2010 )
6/5/2010 Einde zittingsperiode
13/4/2010 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 14/5/2010 )
6/5/2010 Einde zittingsperiode
________ ________
Question n° 4-7525 du 13 avril 2010 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 4-7525 d.d. 13 april 2010 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Pour les contribuables honnêtes qui paient leurs impôts et leur TVA dans les délais, la pression fiscale en Belgique est excessivement élevée. Mais pour les magouilleurs et fraudeurs, cette même Belgique est un paradis fiscal. Selon des statistiques internes du département des Finances lui-même, seules 3 % des sociétés belges et 1 % des professions libérales et des indépendants ont fait l'objet d'un contrôle approfondi en 2007. Le système de contrôle est paralysé par un manque de personnel, des nominations politiques, une informatique défaillante et une profonde inefficacité. En moyenne, un centre de contrôle n'avait, à cette époque, contrôlé qu'une vingtaine de dossiers par personne et par an. Il existe en outre des disparités régionales inexplicables. En novembre 2008, les porte-parole de la CGSP et de la CCSP ont signalé que les services de la TVA d'Alost ne disposaient pas d'un personnel compétent suffisant et ne procédaient donc pratiquement plus à aucun contrôle. Cette situation a un aspect ironique puisque un nombre particulièrement élevé de contractuels sont engagés dans la région d'Alost et de Liège pour des raisons de clientélisme et de copinage. Selon les syndicats, Liège est le fief politique du ministre Reynders et Alost le terrain de la collaboratrice de son cabinet Anne-Marie Verdoodt. Les syndicalistes résument la situation comme suit : « Alors que le vieillissement frappe les contrôleurs statutaires du fisc et que les compétences disparaissent à un rythme effréné, le cabinet du ministre Reynders organise le recrutement de fonctionnaires contractuels grâce à un système de copinage et de clientélisme. […] La qualité des candidats n'a aucune importance […] Tout le monde aux Finances le sait et tous les Alostois le savent, mais si nous évoquons le sujet lors d'une réunion, ils font les innocents. […] Ce qui me révolte surtout, c'est que les personnes incompétentes qui entrent en service de cette manière, ne sont même plus jamais licenciées. […] On a institutionnalisé le chaos aux Finances. » (De Morgen, 3 novembre 2008). À la suite de ces nominations politiques, le nombre de contractuels est, selon les syndicats, passé de 3 ou 4 % voici dix ans à 11 % en 2008.

En octobre 2009, Het Laatste Nieuws a révélé que dans la périphérie flamande de Bruxelles, les inspecteurs consacrent en moyenne quatorze heures à un dossier. À Hasselt, le temps consacré à un dossier était de moins de sept heures et à Arlon, d'à peine deux heures. À Hasselt, la probabilité de subir un contrôle de routine n'était que de 1 %, à Louvain de 2 %, à Anvers, Bruxelles et Charleroi, elle variait de 7 à 10 %.

Lorsque les médias ont dévoilé ces données, cela a fait du bruit. Deux ou trois ans se sont écoulés entre-temps.

1. En quoi la situation a-t-elle changé depuis lors ? Quelles mesures a-t-on déjà prises pour mettre fin à ces situations intolérables ?

2. Quelle a été l'évolution annuelle du pourcentage de contractuels aux Finances depuis 1999 ?

3. Quelle est la répartition géographique des contractuels engagés depuis 1999 (répartition par arrondissement) ?

4. Quel est, par centre de contrôle, le pourcentage de sociétés qui ont fait l'objet d'un contrôle approfondi l'année dernière ? Quel est le pourcentage de professions libérales et d'indépendants ?

5. Combien de contrôleurs chaque centre de contrôle compte-t-il et combien de dossiers chaque contrôleur traite-t-il en moyenne chaque année ? À quoi les éventuelles disparités (importantes) sont-elles dues ? Quelles mesures le ministre a-t-il déjà prises pour combler celles-ci et quelles mesures envisage-t-il éventuellement ?

6. D'ici 2020, plus de la moitié du personnel des Finances partira à la retraite. Il faudrait engager plus de mille personnes par an pour compenser ces départs. Jusqu'en 2008, on a assuré au maximum de 400 à 500 recrutements par an. Quelles mesures a-t-on déjà prises pour compenser ces départs ?

 

Voor eerlijke mensen die stipt hun belastingen en hun btw betalen, is de belastingdruk in België buitensporig hoog. Maar voor de sjoemelaars en de fraudeurs is datzelfde België een fiscaal paradijs. Uit interne cijfers van Financiën zelf blijkt dat in 2007 slechts 3% van de Belgische vennootschappen en slechts 1% van de vrije beroepen en de zelfstandigen grondig gecontroleerd werden. Het controlesysteem wordt verlamd door personeelsgebrek, politieke benoemingen, falende informatica en verregaande inefficiëntie. Gemiddeld verwerkte een controlecentrum toen slechts twintig dossiers per persoon per jaar. Bovendien zijn er onverklaarbare regionale verschillen. In november 2008 meldden woordvoerders van ACOD en CCOD dat er onvoldoende bekwaam personeel beschikbaar was op de btw-diensten in Aalst, zodat daar nauwelijks nog controles worden uitgevoerd. Dat heeft een ironisch aspect, omdat bijzonder veel contractuelen aangeworven worden in de omgeving van Aalst en Luik in het kader van dienstbetoon en vriendjespolitiek. Luik is volgens de vakbonden het favoriete politieke wingewest van minister Reynders en Aalst is het terrein van zijn kabinetsmedewerkster Anne-Marie Verdoodt. De vakbondsmensen vatten het als volgt samen: "Terwijl de vergrijzing toeslaat bij de statutaire belastingcontroleurs en de knowhow in ijltempo verdwijnt, organiseert het kabinet-Reynders de aanwerving van contractuele ambtenaren via een systeem van vriendjespolitiek en dienstbetoon. […] Naar de kwaliteiten van de kandidaten wordt niet gekeken. […] Iedereen bij Financiën weet het en iedere Aalstenaar weet het, maar als wij er op een vergadering iets over zeggen, houden ze zich van de domme. […] Wat mij vooral tegen de borst stuit, is dat onbekwame mensen die op die manier binnenkomen niet eens meer ontslagen worden. […] Men heeft de chaos geïnstitutionaliseerd op Financiën." (De Morgen, 3 november 2008) Als gevolg van die politieke benoemingen is het aantal contractuelen volgens de vakbonden gestegen van 3 of 4% tien jaar geleden tot 11% in 2008.

In oktober 2009 meldde Het Laatste Nieuws dat de inspecteurs in de Vlaamse Rand rond Brussel gemiddeld veertien uur aan één dossier besteden. In Hasselt was dat minder dan zeven uur en in Aarlen amper twee uur. In Hasselt was de kans op een routinecontrole slechts 1%, in Leuven 2%, in Antwerpen, Brussel en Charleroi schommelde het tussen 7% en 10%.

Toen deze gegevens in de media opdoken, werd daar veel misbaar over gemaakt. Maar intussen zijn we twee of drie jaar verder.

1. Wat is er intussen veranderd? Welke maatregelen werden reeds genomen om deze wantoestanden recht te trekken?

2. Hoe is het percentage contractuelen bij Financiën sinds 1999 per jaar geëvolueerd?

3. Wat is de geografische spreiding van de contractuelen die sinds 1999 zijn aangeworven (verdeling per arrondissement)?

4. Hoeveel procent van de vennootschappen werd vorig jaar per controlecentrum grondig gecontroleerd? Hoeveel procent van de vrije beroepen en zelfstandigen?

5. Hoeveel controleurs zijn er in elk van de controlecentra en hoeveel dossiers worden in elk van die controlecentra gemiddeld per controleur en per jaar verwerkt? Waaraan zijn eventuele (aanzienlijke) verschillen te wijten? Welk maatregelen heeft de minister reeds genomen om die weg te werken en welke maatregelen worden er eventueel verder in het vooruitzicht gesteld?

6. Tegen 2020 gaat meer dan de helft van het personeel bij Financiën op pensioen. Men zou meer dan duizend mensen per jaar moeten aanwerven om dat op te vangen. Tot 2008 kwam men maximaal aan 400 tot 500 aanwervingen per jaar. Welke maatregelen heeft men reeds genomen om die uitstroom op te vangen?