SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2008-2009 Zitting 2008-2009
________________
28 janvier 2009 28 januari 2009
________________
Question écrite n° 4-2892 Schriftelijke vraag nr. 4-2892

de Martine Taelman (Open Vld)

van Martine Taelman (Open Vld)

au ministre de l'Intérieur

aan de minister van Binnenlandse Zaken
________________
Analyses de l’acide désoxyribonucléique (ADN) - Données disponibles dans les banques de données - Coût Deoxyribonucleic acid (DNA)-analyses - Gegevens beschikbaar in de databanken - Kostprijs 
________________
base de données génétiques
ADN
base de données
coût de fonctionnement
Institut national de criminalistique et de criminologie
genetische database
DNA
gegevensbank
bedrijfskosten
Nationaal Instituut voor Criminalistiek en Criminologie
________ ________
28/1/2009 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 26/2/2009 )
22/4/2009 Antwoord
28/1/2009 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 26/2/2009 )
22/4/2009 Antwoord
________ ________
Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 4-2891 Ook gesteld aan : schriftelijke vraag 4-2891
________ ________
Question n° 4-2892 du 28 janvier 2009 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 4-2892 d.d. 28 januari 2009 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

En l’espace de huit ans, le budget des frais de justice a doublé, notamment à la suite de l’introduction d’analyses de l’acide désoxyribonucléique (ADN). C’est ce qu’écrit le prédécesseur du ministre de la Justice dans sa note de politique générale du 5 novembre 2008 (Doc. Parl., Chambre, n° 52-1529/016, p. 33).

Il existe deux banques de données ADN officielles, à savoir la banque « Criminalistique » (matériel cellulaire) et la banque « Condamnés ». Fin 2007, la première contenait 13.095 profils et la seconde 12.468 profils (cf Doc. Parl., Chambre, n° 52-1529/016, p. 65).

Le ministre a établi un plan en trois étapes qu’il souhaite finaliser cette année. Trois objectifs sont définis : la simplification de la procédure, la réduction du coût des analyses d’ADN et l’extension des banques de données ADN via la création de banques de données « Intervenants », « Personnes disparues » ou éventuellement « Suspects ». (voir doc. p. 66)

Concernant la première étape, un projet de loi a été élaboré et soumis à un groupe de travail composé de spécialistes de l’ADN.

D’où mes questions au ministre :

1. Où en est le plan en trois étapes relatif à l’ADN ?

2. Combien de profils la banque de données « Criminalistique » compte-t-elle actuellement ? Combien de profils la banque de données « Condamnés » contient-elle ?

3. Le ministre peut-il me communiquer des données chiffrées quant au nombre de profils contenus, ces cinq dernières années, dans ces banques de données afin de me permettre de suivre l’évolution du nombre de profils contenus dans les banques de données ?

4. Quel est le coût de l’utilisation de ces banques de données ? Ce coût a-t-il augmenté au cours des cinq dernières années ? Si oui, comment le ministre explique-t-il cette évolution ?

5. Tous les profils ADN déposés au greffe par le biais des services de police sont-ils transmis par les parquets aux banques de données de l’Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) ? Dans la négative, quels critères applique-t-on ? Quand ces profils sont-ils intégrés dans les banques de données et quand ne le sont-ils pas ?

6. Quel est le coût actuel d’une analyse d’ADN ? Est-il de l’ordre de 450 euros, comme je l’ai entendu dire ? Quelles initiatives le ministre souhaite-t-il prendre pour comprimer ce coût ?

7. Combien d’analyses d’ADN ont-elles été réalisées au cours des cinq dernières années ? Combien ont-elles coûté au Trésor ?

 

In acht jaar tijd is het budget voor de gerechtskosten verdubbeld 2008 en dit onder andere door introducties van deoxyribonucleic acid (DNA)-analyses, schrijft de voorganger van de geachte minister van Justitie in zijn beleidsnota van 5 november 2008. (Parl. Stuk, Kamer, nr. 52-1529/016, blz. 33).

Er zijn twee DNA-databanken, namelijk " Criminalistiek " (sporenmateriaal) en " Veroordeelden ". Eind 2007 had de ene 13 095 profielen en die van " Veroordeelden " 12 468 profielen (cf. Parl. Stuk, Kamer, nr. 52-1529/016, blz. 65).

De geachte minister beoogt een driestappenplan dat hij dit jaar wenst te finaliseren. Drie zaken komen aan bod: het vereenvoudigen van de procedure, de kostprijs van DNA-analyses aanpakken en de DNA-databanken uitbreiden met gegevens van " intervenanten ", " vermiste personen " of eventueel " verdachten ".

Wat de eerste stap betreft wordt een wetsontwerp geschreven en ook een werkgroep van DNA-specialisten zal zich hierover buigen.

Vandaar mijn vragen aan de geachte minister :

1. Wat is de actuele stand van zaken met betrekking tot het driestappenplan rond DNA ?

2. Hoeveel profielen zitten er op dit ogenblik in de DNA-databank " Criminalistiek ' ? Hoeveel zijn dat er voor de databank " Veroordeelden " ?

3. Kan hij cijfers ter beschikking stellen over het aantal profielen dat deze databanken de afgelopen vijf jaar bevatten, dit om een beeld te krijgen op de evolutie van het aantal profielen in de databanken ?

4. Wat is de kostprijs om deze twee databanken te gebruiken ? Is de kostprijs de afgelopen vijf jaar gestegen ? Zo ja, hoe verklaart hij dat ?

5. Worden alle DNA-profielen die via de politiediensten ter griffie worden gelegd ook door de parketten bezorgd aan de databanken van het Nationaal Instituut voor criminalistiek en criminilogie (NICC) ? Zo neen, welke criteria hanteert men ? Wanneer worden deze wel en wanneer niet opgenomen ?

6. Wat is de huidige kostprijs van een DNA-analyse ? Ligt dat rond de 450 euro, zoals ik vernam ? Welke initiatieven wenst hij te nemen om deze kostprijs te drukken ?

7. Hoeveel DNA-analyses werden de laatste vijf jaar uitgevoerd, en over welk bedrag spreken we dan dat dit de Schatkist kostte ?

 
Réponse reçue le 22 avril 2009 : Antwoord ontvangen op 22 april 2009 :

Je souhaite communiquer à l'honorable membre ce qui suit :

Cette question parlementaire ne relève pas de notre compétence mais bien de celle du Service public fédéral (SPF) Justice.

Ik wens het geachte lid het volgende mee te delen :

Deze parlementaire vraag valt niet onder onze bevoedheid, maar onder de bevoedheid van de Federale Overheidsdienst (FOD) Justitie.