SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2019-2020
________
12 novembre 2019
________
SÉNAT Question écrite n° 7-130

de Guy D'haeseleer (Vlaams Belang)

au ministre de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste, chargé de la Simplification administrative, de la Lutte contre la fraude sociale, de la Protection de la vie privée et de la Mer du Nord
________
Bpost - Radicalisation - Nombre de cas - Mesures
________
service postal
radicalisation
________
12/11/2019 Envoi question
3/12/2019 Réponse
________
________
SÉNAT Question écrite n° 7-130 du 12 novembre 2019 : (Question posée en néerlandais)

La lutte contre la radicalisation est une matière transversale.

Selon la réponse apportée à la question écrite n° 1 de la députée Barbara Pas, il y a eu trois signalements de radicalisation au sein de Bpost en 2015, onze en 2016, trois en 2017, trois en 2018 et un seul en 2019 (donnée partielle) (https://www.lachambre.be/QRVA/pdf/55/55K0001.pdf).

1) Disposez-vous maintenant de données actualisées pour l'année 2019?

2) Dans combien de cas (sur base annuelle), était-il effectivement question d'une radicalisation?

3) Quelle fonction les personnes dont la radicalisation a été établie exerçaient-elles?

4) Combien des personnes dont la radicalisation a été établie ont été effectivement licenciées (sur base annuelle)? Quelles autres mesures a-t-on éventuellement prises à leur encontre?

Réponse reçue le 3 décembre 2019 :

1) Nombre de signalement, en 2019, d’une préoccupation de radicalisation: 4

2) bpost ne se prononce pas sur le point de savoir si un travailleur est ou non effectivement radicalisé. De plus, il faut souligner qu'un signalement n'est toujours pas la preuve d'une radicalisation réelle. Un signalement d’une préoccupation de radicalisation conduit à un examen des mesures à prendre en matière d’intégrité physique et plus largement de bien-être psychosocial. Le cas échéant, la voie disciplinaire peut être considérée

3) Les signalements en 2019 concernaient 3 agents de tri et 1 facteur

4) bpost n’a pas licencié de membres du personnel à la suite d’un signalement d’une préoccupation de radicalisation. Les mesures envers les personnes signalées comme créant une préoccupation de radicalisation englobent les possibilités existant pour tout autre problème sur le lieu de travail. Le point de départ est le dialogue avec la personne signalée.