SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2014-2015
________
1 avril 2015
________
SÉNAT Question écrite n° 6-575

de Bert Anciaux (sp.a)

au vice-premier ministre et ministre de l'Emploi, de l'Economie et des Consommateurs, chargé du Commerce extérieur
________
Recrutement de personnes ayant une origine ethnico-culturelle différente - Racisme - Lutte - Tests pratiques - Organisation - Coopération entre l'autorité fédérale et les Régions
________
marché du travail
lutte contre la discrimination
migrant
racisme
________
1/4/2015 Envoi question
11/9/2017 Rappel
16/11/2018 Rappel
14/1/2019 Rappel
23/5/2019 Fin de la législature
________
________
SÉNAT Question écrite n° 6-575 du 1 avril 2015 : (Question posée en néerlandais)

De plus en plus d'études montrent très clairement qu'il y a un grave problème de racisme lors du recrutement de personnes ayant une origine ethnico-culturelle différente. Les familles issues de l'immigration sont toujours victimes de discriminations de la part d'employeurs, même si elles vivent chez nous depuis plusieurs générations.

L'organisation de tests pratiques est un des instruments permettant de combattre cette discrimination en dénonçant les employeurs qui opèrent des discriminations sur la base de l'origine.

Les Régions sont, entre autres par le biais des services régionaux de placement, directement responsables d'importants services en matière de réglementation du marché du travail. L'autorité fédérale continue également à jouer un grand rôle au niveau de la politique de l'emploi et des régimes de chômage.

L'autorité fédérale et les Régions ont intérêt à élaborer une solide politique d'antidiscrimination en matière d'accès au marché du travail.

1) Le ministre est-il disposé à ancrer dans la loi le système du test pratique, afin que les Régions puissent l'utiliser dans leur lutte contre les discriminations au travail et lors des recrutements ?

2) Est-il disposé à se concerter à ce sujet avec les ministres régionaux responsables en matière d'emploi ?

3) Peut-il fournir, en concertation avec le ministre de la Justice, un instrument légal cohérent afin de donner à ce test pratique une base juridique solide ?