SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2014-2015
________
19 mars 2015
________
SÉNAT Question écrite n° 6-519

de Christine Defraigne (MR)

à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique
________
Denturistes - Reconnaissance de la profession - Diplôme - Formations
________
profession paramédicale
médecine dentaire
matériel médical
reconnaissance des diplômes
________
19/3/2015 Envoi question
9/6/2015 Rappel
7/7/2015 Réponse
________
________
SÉNAT Question écrite n° 6-519 du 19 mars 2015 : (Question posée en français)

Suite à la rencontre des représentants de l'Union belge des denturistes diplômés, j'ai eu connaissance du problème auquel cette Union et les professionnels en faisant partie devaient faire face : ils ne sont pas encore reconnus comme professionnels et, en conséquence, il est impossible pour ceux-ci d'implanter en Belgique un cursus scolaire et un diplôme consacrés à cette pratique.

Mis à part leur technique et leur pratique professionnelle de la pose de prothèses dentaires amovibles, les denturistes ont à cœur de mettre l'accent sur le versant psychologique des personnes âgées, notamment en maison de repos.

Ils démontrent que cette pratique particulière est complémentaire au travail des dentistes et faciliterait l'accès aux soins de santé pour les personnes en nécessitant et ce, à tous les niveaux. Le coût d'une prothèse dentaire est élevé, et ces professionnels paramédicaux proposeraient un prix moindre. De plus, la reconnaissance d'une nouvelle discipline professionnelle engendrerait de l'emploi, nécessaire à l'ensemble de la Belgique.

Un débat devrait donc être ouvert au fédéral et avec les entités fédérées et en compagnie des denturistes et des dentistes afin de réfléchir à une solution adaptée qui convienne à l'ensemble des acteurs.

J'aimerais savoir s'il existe une réflexion sur la création de ce nouveau type de profession paramédicale. Le gouvernement soutiendrait-il un tel projet ? Une modification législative est-elle envisagée afin de reconnaître cette discipline ? Comment pourrait-on envisager de les intégrer professionnellement ? Une nouvelle filière d'études paramédicales pourrait-elle également être envisagée ?

Réponse reçue le 7 juillet 2015 :

L'honorable membre trouvera ci-après la réponse à sa question.

Actuellement, je ne mène pas de discussion avec les denturistes en ce qui concerne leur agrément.

Selon le Conseil de l’art dentaire – qui me conseille en matière de professions de l’art dentaire – il n’est pas nécessaire, pour différentes raisons, de reconnaître la profession de « denturiste » en tant que tel.

Le besoin de prothèses amovibles, par exemple, est en baisse en raison d’une meilleure sensibilisation sur la nécessité de la prévention et sur des visites plus régulières chez le dentiste. Par conséquent, il n’y a pas de raison de créer une nouvelle profession de soins agréée pour un dispositif médical qui est de moins en moins utilisé.

Par ailleurs, le degré de difficulté du traitement par prothèse augmente, en raison du vieillissement de la population et de la polymorbidité qui y est associée. Les patients concernés ont donc besoin de praticiens avec des qualifications médicales (contrairement à la formation existante de denturiste).

De plus, la recherche a montré que cinq ans après l’introduction de la profession de « denturiste » dans une province canadienne, le prix d’une prothèse chez le dentiste ou chez un denturiste était identique, mais la satisfaction du patient était plus grande chez le dentiste. Un cabinet aménagé de manière adéquate et hygiénique ne peut pas être exploitable économiquement s’il sert uniquement pour des traitements avec des prothèses amovibles.

En revanche, les professionnels de ce groupe pourraient être pris en considération comme aides compétents sous la supervision du dentiste. Nous tiendrons compte de cette réflexion dans le cadre de la révision de l’arrêté royal n° 78.

Les organisations professionnelles VVT et VBT font partie du Conseil de l’art dentaire et, à ce titre, elles seront certainement associées aux (futures) discussions (éventuelles) en la matière.