SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2011-2012
________
15 février 2012
________
SÉNAT Question écrite n° 5-5632

de Bert Anciaux (sp.a)

au secrétaire d'État à l'Environnement, à l'Énergie et à la Mobilité, adjoint à la ministre de l'Intérieur et de l'Égalité des Chances, et secrétaire d'État aux Réformes institutionnelles, adjoint au premier ministre
________
Aéroport national - Zaventem - Respect des normes en matière de vent - Décollages - Dispersion des vols - Chiffres
________
aéroport
circulation aérienne
sécurité aérienne
statistique officielle
________
15/2/2012 Envoi question
28/9/2012 Réponse
________
________
SÉNAT Question écrite n° 5-5632 du 15 février 2012 : (Question posée en néerlandais)

Dans le cadre d'une étude sur le respect des normes en matière de vent et la dispersion équitable des vols, j'aimerais poser les questions suivantes :

1) Le secrétaire d'État reconnaît-il que le décollage contre le vent doit recevoir la priorité absolue sur le décollage vent arrière ou latéral tant pour la sécurité que pour la lutte contre les nuisances sonores ?

2) Reconnaît-il qu'il existe six pistes de décollage à l'aéroport de Zaventem (25R, 25L, 07R, 07L, 20 et 02), ce qui rend toujours possible le décollage contre le vent ?

3) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés par an à l'aéroport de Zaventem en 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010 et 2011 ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

4) Combien de ces vols étaient-ils des vols de nuit, et ce pour les années précitées ?

5) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés sur la piste 25R durant les années précitées ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

6) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés sur la piste 02 durant les années précitées ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

7) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés sur la piste 25L durant les années précitées ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

8) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés sur la piste 20 durant les années précitées ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

9) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés sur la piste 07L durant les années précitées ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

10) Combien de décollages vent arrière ou latéral ont-ils été enregistrés sur la piste 07R durant les années précitées ? J'aimerais une ventilation : vent arrière ou latéral.

11) Le secrétaire d'État peut-il expliquer de manière approfondie la raison pour laquelle des décollages vent arrière ont souvent lieu sur certaines pistes ?

12) Reconnaît-il que la sécurité du trafic aérien et des riverains prime les intérêts économiques de l'aéroport ?

Réponse reçue le 28 septembre 2012 :

L’honorable membre trouvera ci-dessous réponse à ses questions : 

1/ La règle normale est en effet de décoller et d'atterrir contre le vent. C'est la raison pour laquelle l'annexe 14 de l'OACI recommande d'orienter autant que possible les pistes dans le sens des vents dominants lors de l'aménagement d'un aéroport. 

Il peut ou il doit être dérogé à ce principe en fonction des circonstances et de l’utilisation de certaines pistes dans la cadre de l’atténuation du bruit. Un pilote peut demander une piste plus adéquate en raison de certains obstacles ou de son état de chargement. Il arrive aussi qu'une autre piste doive être utilisée par mauvaise visibilité et en l'absence de systèmes d'atterrissage de précision (ILS) sur une piste ou en raison de travaux. Dans ce cas, il faut choisir la piste la plus appropriée (most suitable runway) et la mieux orientée dans le sens des vents dominants. 

Il arrive couramment de déroger au principe général pour appliquer le système d'utilisation préférentielle (PRS) des pistes; la préférence est alors donnée à certaines pistes pour éviter autant que possible les zones à forte densité de population. Cette possibilité est inscrite expressément dans la réglementation internationale, qui recommande néanmoins des conditions précises, notamment maximum 5 noeuds de vent arrière et 15 noeuds de vent latéral, la norme de 5 nœuds tendant à évoluer vers une recommandation de 7 nœuds à condition de la présence d’anémomètres à chaque seuil de piste.  

Il ne s'agit pas de normes, mais bien de recommandations, ce qui explique que des valeurs plus élevées sont parfois admises dans certains pays ou aéroports. En ce qui concerne l'aéroport de Bruxelles-National, il est uniquement dérogé au principe général d'atterrissage et de décollage contre le vent en faveur du système d'utilisation préférentielle pour les pistes 25R, 25L et 20.  

Enfin, je voudrais aussi signaler que presque tous les appareils opérant sur Bruxelles-National sont certifiés pour des valeurs de vitesse de vent arrière moyen supérieures à 10, voire 15 noeuds. On a volé successivement à Bruxelles avec les valeurs limites de 6, 8, 10, 5, 10, 8, 5 et 7 nœuds de vent arrière sur les pistes 25. 

2/ Les six pistes existantes peuvent en effet être utilisées pour décoller contre le vent, mais on ne peut pas dissocier ces décollages des atterrissages et de la capacité nécessaire de l'aéroport. En raison des nuisances sonores, il est évité autant que possible d'atterrir sur la piste 07L et en particulier sur la piste 07R, d'autant plus que ces deux pistes ne sont pas équipées d'un système ILS, ce qui les rend inutilisables pour des atterrissages en IFC (Instrument Flying Conditions). De plus, il faut respecter les 3 décisions de justice qui limitent assez strictement l’utilisation de la piste d’atterrissage 02, laquelle ne peut être activée pour des raisons de capacité ou d’atténuation du bruit, mais uniquement par dépassement des limites des normes de vent fixées sur les pistes 20 et 25. Aucune norme de vent n’a été définie pour les pistes 02 et 07, ce qui implique une utilisation sans vent arrière, uniquement face au vent. 

3-10/ D'autre part, il faut toujours tenir compte du vent latéral, sauf dans les cas où le vent souffle précisément dans le sens de la piste. Belgocontrol ne dispose pas de statistiques concernant la piste utilisée en combinaison avec la direction et la force du vent. Ceci vaut également pour les questions 4 à 10, pour lesquelles nous ne pouvons pas fournir de réponse. 

11/ Comme déjà mentionné partiellement dans la réponse à la question 2, il faut tenir compte des nuisances sonores provoquées; l'utilisation de certaines pistes est déconseillée et la configuration des pistes utilisées doit offrir des garanties de sécurité et de capacité suffisante. En outre, une des caractéristiques du système d'utilisation préférentielle est que l'on peut voler avec un léger vent arrière; il est donc évident que les pistes faisant partie de ce système préférentiel sont de loin les plus utilisées en cas de vent arrière. Le maintien d’une capacité opérationnelle suffisante à l’aéroport impose d’éviter des changements impromptus de pistes, lesquels seraient nombreux avec une norme de vent arrière trop basse. C’est pour ce motif, qu’à la demande des compagnies aériennes, la norme de vent arrière sur la piste 25 fut augmentée de 8 à 10 nœuds dès le 12 juin 2003 pour permettre une meilleure utilisation de l’aéroport de Bruxelles-National. 

12/ La sécurité a toujours été et sera toujours notre première préoccupation. Cela n'empêche pas que des mesures soient prises d'une part, pour réduire à un minimum les nuisances sonores et d'autre part, pour garantir la viabilité économique de l'aéroport. Je tiens à attirer l'attention sur le fait que durant la période de 1973 à  2003, les vols à Bruxelles-National ont été effectués avec 8 noeuds de vent arrière sans aucun incident dû à un vent arrière trop fort.