SÉNAT DE BELGIQUE
________
Session 2013-2014
________
12 novembre 2013
________
SÉNAT Question écrite n° 5-10339

de Bert Anciaux (sp.a)

au ministre des Entreprises publiques et de la Coopération au développement, chargé des Grandes Villes
________
les mauvais chiffres de ponctualité de la SNCB
________
Société nationale des chemins de fer belges
durée du transport
transport de voyageurs
________
12/11/2013 Envoi question
2/12/2013 Réponse
________
Requalification de : demande d'explications 5-3873
________
SÉNAT Question écrite n° 5-10339 du 12 novembre 2013 : (Question posée en néerlandais)

Voici deux ans, la SNCB et Infrabel annonçaient un vaste plan d'action : la ponctualité des trains serait spectaculairement améliorée. Les chiffres de mai 2013 donnent l'image inverse : 86,8 % soit une légère diminution par rapport aux 87,2 % de 2012. Selon l'association TreinTramBus (TTB), la situation est stable mais reste mauvaise. La ponctualité en 2004 - soit avant la division de la SNCB en trois entités - se chiffrait à 92 %.

Le vaste plan n'est donc pas efficace, les chiffres le prouvent de manière navrante. Les excuses avancées, comme la catastrophe de Wetteren, ne tiennent pas car les trains supprimés ne sont en effet pas pris en compte dans les statistiques de ponctualité. Ces chiffres négatifs s'ajoutent en outre à de multiples autres problèmes qui m'ont amené à interroger très souvent le ministre : lignes supprimées, trains à grande vitesse vides, débâcle du Fyra, etc.

Le ministre confirme-t-il les statistiques de ponctualité - à nouveau - mauvaises de la SNCB, calculées pour le mois de mai 2013, qui indiquent que la ponctualité est toujours médiocre ? Comment explique-t-il ces mauvais résultats, surtout en comparaison avec 2004, alors qu'un vaste plan d'amélioration de la ponctualité de la SNCB a été annoncé avec témérité voici maintenant deux ans ? Le ministre a-t-il d'autres possibilités que de considérer ce plan comme un véritable échec et peut-il énoncer ouvertement les raisons de cet échec et poser dans les termes les plus clairs la question de la responsabilité, en particulier dans le chef des dirigeants de la SNCB et d'Infrabel ?

Réponse reçue le 2 décembre 2013 :

En réponse aux questions de l'honorable membre, je me réfère à ma réponse à la question écrite n° 497 du Député Tanguy Veys (QRVA 53 126, pp. 159-160).