Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 7-267

de Guy D'haeseleer (Vlaams Belang) du 8 janvier 2020

au vice-premier ministre et ministre de la Justice, chargé de la Régie des bâtiments, et ministre des Affaires européennes

Éléments radicalisés remis en liberté - Suivi - Procédure - Critères

radicalisation
détenu
prescription de peine
réinsertion sociale

Chronologie

8/1/2020 Envoi question (Fin du délai de réponse: 6/2/2020 )
10/3/2020 Réponse

Aussi posée à : question écrite 7-268

Question n° 7-267 du 8 janvier 2020 : (Question posée en néerlandais)

Le radicalisme et la déradicalisation constituent une compétence transversale.

Dans son édition du 9 décembre 2019, le journal «De Morgen» a publié des données chiffrées de l'administration pénitentiaire relatives aux détenus radicalisés et à la déradicalisation, ainsi qu'au suivi des éléments radicalisés remis en liberté. Je souhaiterais obtenir des précisions concernant ce suivi.

1) En quoi le suivi des éléments radicalisés remis en liberté consiste-t-il concrètement?

2) Qui est chargé de ce suivi?

3) Pendant combien de temps ce suivi est-il assuré?

4) Qui décide qu'il peut être mis fin à ce suivi ? Sur la base de quels critères cette décision est-elle prise?

5) Combien de personnes ont-elles été chargées de ce suivi en 2019? Peut-on estimer le coût de ce suivi?

Réponse reçue le 10 mars 2020 :

Il est renvoyé à la réponse qui a été donnée à la question écrite portant le numéro 7-268 par mon collègue le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité.