Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-1988

de Jean-Jacques De Gucht (Open Vld) du 16 octobre 2018

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

Établissements scientifiques fédéraux (ESF) et musées - Prévention des vols - Inventaire et banque de données - Arriéré - Collections non gérées - Manque de personnel - Rapport de la Cour des comptes

établissements scientifiques et culturels fédéraux
musée
vol
répertoire
audit
oeuvre d'art
pénurie de main-d'oeuvre
patrimoine culturel
protection du patrimoine

Chronologie

16/10/2018 Envoi question (Fin du délai de réponse: 15/11/2018 )
17/11/2018 Réponse

Aussi posée à : question écrite 6-1989

Question n° 6-1988 du 16 octobre 2018 : (Question posée en néerlandais)

Une bonne prévention des vols dans les musées et les archives suppose l'enregistrement et la description détaillés de toutes les pièces dans un inventaire comportant des photos, doublés d'une vérification régulière de l'emplacement des pièces.

Des règles claires doivent également être appliquées en ce qui concerne les prêts, avec des délais limités dans le temps et un suivi systématique des prêts.

Dans notre pays, l'État fédéral est encore responsable de nombreuses collections splendides situées dans divers musées tels que les Musées d'Art et d'Histoire, le Musée royal d'Afrique centrale et les musées des Beaux-Arts. Étant donné que dans certains musées, jusqu'à 80 % de la collection se trouve dans les archives ou en dépôt, un suivi permanent est indiqué.

Le récent rapport de la Cour des comptes " Patrimoine culturel et scientifique de l'État fédéral " soulève de nombreuses questions :

" En raison des mesures d'économie, il est compliqué de pourvoir le cadre moyen et de recruter de nouveaux collaborateurs. Dès lors, les ESF sont contraints d'affecter à l'inventaire des membres du personnel qui ne possèdent pas les qualifications requises (anciens guides, bénévoles, etc.). Faute de collaborateurs possédant des compétences spécifiques (les préparateurs, par exemple), des membres du personnel doivent reprendre des tâches auxquelles ils n'ont pas été formés. Certaines collections ne sont pas gérées pendant une longue période (plusieurs années parfois) ou sont attribuées à des gestionnaires de collections surchargés. En raison du manque de personnel, il est difficile de résorber les arriérés et de régler les problèmes en matière d'inventaire. "

Cette question concerne une matière transversale communautaire (culture et média). La protection de notre patrimoine culturel est une compétence partagée, dont le volet fédéral concerne plutôt le contrôle du respect des règles légales, les musées fédéraux et les établissements scientifiques ainsi que le patrimoine culturel qu'ils renferment.

Je souhaiterais vous poser les questions suivantes :

1) Quelles collections ne sont-elles pas gérées pendant une longue période (parfois plusieurs années) ? De quelles collections la Cour des comptes parle-t-elle, et a-t-on remédié au problème ?

2) Pouvez-vous garantir qu'aujourd'hui, toutes les collections sont gérées et qu'elles ont un gestionnaire de collection ?

3) Que pensez-vous de la critique selon laquelle il faut bien confier l'inventaire à des membres du personnel non qualifiés, étant donné le manque de personnel qualifié ?

Réponse reçue le 17 novembre 2018 :

Les musées et établissements scientifiques fédéraux relèvent des compétences de la secrétaire d'État à la Lutte contre la pauvreté, à l'Égalité des chances, aux Personnes handicapées, et à la Politique scientifique, chargée des Grandes villes, adjointe au ministre de la Sécurité et de l’Intérieur.