Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-193

de Bert Anciaux (sp.a) du 3 novembre 2014

à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Nécessité d'un plus grand nombre de médecins - Médecins généralistes - Concertation avec les Communautés - Études de médecine - Numerus clausus - Initiatives

médecin
médecine générale
relation État-région
coopération institutionnelle
sélection des élèves
pénurie de main-d'oeuvre

Chronologie

3/11/2014 Envoi question (Fin du délai de réponse: 4/12/2014 )
8/9/2017 Rappel
16/11/2018 Rappel
14/1/2019 Rappel
23/5/2019 Fin de la législature

Question n° 6-193 du 3 novembre 2014 : (Question posée en néerlandais)

De plus en plus de médecins âgés arrêtent de pratiquer la médecine. De plus en plus de jeunes médecins choisissent de travailler à temps partiel. Notre pays compte de moins en moins de médecins généralistes. Pourtant, tout le monde est de plus en plus convaincu que le médecin généraliste joue un rôle crucial au niveau de la santé publique et qu'il doit être le pivot d'une politique de santé de bonne qualité et abordable sur le plan financier.

Il va de soi que ce problème a des incidences sur la politique menée par les différentes Communautés de notre pays en matière de soins de santé et d'enseignement. Il est évident que l'on ne pourra trouver une solution qu'à partir du moment où tant le niveau fédéral que les Communautés développeront une politique commune. Ainsi, l'accès aux études de médecine, entre autres, est un élément essentiel si l'on veut faire augmenter le nombre de médecins généralistes.

1) Par conséquent, je voudrais demander à la ministre comment elle parviendra à faire augmenter le nombre de médecins généralistes et comment elle développera, en concertation avec les communautés, une politique en la matière.

2) Se concertera-t-elle rapidement avec les Communautés ? Lancera-t-elle le débat sur le numerus clausus avec les entités fédérées ? Fera-t-elle disparaître d'autres obstacles ? Quelles initiatives prendra-t-elle ?