Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-155

de Bert Anciaux (sp.a) du 23 octobre 2014

à la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique

Centre de soins De Meander - Santé mentale - Soins psychiques - Jeunes handicapés mentaux - Fermeture - Financement - Moyens fédéraux

handicapé mental
éducation spéciale
équipement social

Chronologie

23/10/2014 Envoi question (Fin du délai de réponse: 27/11/2014 )
8/9/2017 Rappel
16/11/2018 Rappel
14/1/2019 Rappel
23/5/2019 Fin de la législature

Question n° 6-155 du 23 octobre 2014 : (Question posée en néerlandais)

De Meander offre des soins psychiques aux jeunes à partir de 16 ans qui souffrent d'un retard mental léger. Sa direction a récemment annoncé la fermeture du centre. La raison invoquée est son trop faible financement par l'assurance maladie. De Meander ne dispose pas de lits K comme en psychiatrie infantile, lits auxquels sont associés en revanche beaucoup de moyens et de personnel. C'est pourtant en quelque sorte le seul endroit en Flandre qui offre ce type de soins.

Avec des budgets trop serrés et de longues listes d'attente, les soins aux handicapés sont déjà depuis de nombreuses années un problème douloureux en Flandre. La situation est à ce point précaire qu'elle a déjà engendré des actes de désespoir. Je fais référence ici aux drames familiaux récents qui se sont produits à Geel et à Bornem.

Voici mes questions:

1) La ministre est-elle au courant de cette fermeture ? Comment juge-t-elle le fonctionnement de ce centre ? Reconnaît-elle que cette organisation comble un manque pour des personnes qui n'ont nulle part où aller à cause de leur retard mental léger et passent donc entre les mailles du filet des prises en charge? Est-elle d'accord pour estimer que la situation des ces personnes et de leur famille devient extrêmement précaire?

2) Quel est le montant financier annuel que reçoit De Meander de l'administration fédérale pour assurer ce fonctionnement ? La ministre estime-elle que ce montant soit suffisant ? Voit-elle d'autre possibilités de financer le fonctionnement ? Est-elle disposée à prendre contact avec cette organisation ?