Version à imprimer bilingue Version à imprimer unilingue

Question écrite n° 6-1085

de Bert Anciaux (sp.a) du 27 octobre 2016

au vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, chargé de la Régie des bâtiments

Conservatoire de Bruxelles - Situation - Rénovation - État d'avancement - Collaboration avec les Communautés

rénovation urbaine
organisation culturelle
bâtiment public
musique
éducation artistique

Chronologie

27/10/2016 Envoi question (Fin du délai de réponse: 1/12/2016 )
6/12/2016 Réponse

Aussi posée à : question écrite 6-1086

Question n° 6-1085 du 27 octobre 2016 : (Question posée en néerlandais)

Pour protester contre l'absence de financement des travaux de rénovation par les autorités compétentes, l'association patrimoniale Conservamus organise elle-même une action de sauvetage du Conservatoire royal de Bruxelles.

L'association a fait dresser un échafaudage contre l'une des façades de la cour intérieure du Conservatoire, situé à la rue de la Régence, pour marquer symboliquement l'urgence des travaux de rénovation à ce monument protégé. Une bâche y a été apposée pour inciter le public à «adopter un châssis».

Le bâtiment de style néo-renaissance, conçu par l'architecte Jean-Pierre Cluysenaar, est dans un état déplorable depuis des années. Des champignons ont envahi les murs, il y pleut à l'intérieur et l'immeuble risque de s'effondrer. L'année dernière, le bâtiment a dû être évacué à la suite d'un incendie.

Si l'État fédéral est propriétaire du bâtiment, celui-ci est exploité par la Communauté flamande et la Communauté française. Aucune de ces trois autorités ne se sent responsable de l'entretien de l'immeuble. Voici trois ans, elles étaient pourtant convenues de créer une société chargée de se soucier du sort du bâtiment. Cette société anonyme (SA) n'a toutefois jamais vu le jour. «Sa création ne demande pourtant que cinq minutes de courage politique», déclare Gerald de Hemptine de Conservamus, qui se démène depuis des années pour la rénovation du Conservatoire.

Le Conservatoire lance aujourd'hui un énième cri de détresse. L'association patrimoniale Conservamus lance un appel au public pour qu'il adopte un châssis. En menant cette action, l'association sans but lucratif (ASBL) entend dénoncer l'absence de financement pour les travaux de rénovation. Le signal d'alarme retentit une nouvelle fois.

Il faut enfin se saisir du dossier de la rénovation urgente et nécessaire du Conservatoire et créer sans délai la société anonyme annoncée pour faire avancer les choses. Rien n'a été fait durant trois ans.

L'état du bâtiment se dégrade de jour en jour. Un tiers du bâtiment a été évacué pour des raisons d'hygiène et de sécurité. Autrement dit, la situation du Conservatoire est absolument désastreuse. Il est temps que les travaux de rénovation tant attendus et tellement indispensables puissent commencer.

1) Allez-vous enfin vous atteler à ce chantier?

2) Comment la collaboration entre l'autorité fédérale et les deux Communautés se déroule-t-elle concernant cette rénovation?

3) Que ferez-vous pour que ce dossier trouve enfin une issue définitive?

Réponse reçue le 6 décembre 2016 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à ses questions :

1), 2) & 3) La collaboration se déroule très bien et est très constructive. La création de la société anonyme est en passe d’aboutir. Les statuts, pacte d’actionnaire et plan financier nécessaires à la création de la future société anonyme du Conservatoire royal de Bruxelles ont d’ailleurs été validés par les futurs actionnaires de la société (les deux Communautés et la Régie des Bâtiments).

Le dossier est à présent soumis à l’accord de la ministre du Budget en vue d’être présenté à un prochain Conseil des ministres pour accord.

Ensuite, ces documents devront également être approuvés par les Conseil des ministres des deux Communautés.

Lorsque nous disposerons de l’approbation formelle des documents par toutes les parties, nous pourrons alors créer la société anonyme en question et démarrer les études Masterplan qui permettront de chiffrer et de déterminer l’ampleur de la restauration et de la rénovation du bâtiment.

Les travaux pourront commencer lorsque les études Masterplan seront terminées et qu’un entrepreneur sera désigné par l’intermédiaire d’un marché public pour exécuter les travaux. La durée des travaux dépend de leur ampleur et donc des résultats des études Masterplan.