SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2014-2015 Zitting 2014-2015
________________
18 décembre 2014 18 december 2014
________________
Question écrite n° 6-322 Schriftelijke vraag nr. 6-322

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

au vice-premier ministre et ministre de la Coopération au développement, de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste

aan de vice-eersteminister en minister van Ontwikkelingssamenwerking, Digitale Agenda, Telecommunicatie en Post
________________
Politique du gouvernement fédéral en matière de coopération au développement - Répercussions des économies des Régions et des Communautés Federaal beleid aangaande ontwikkelingssamenwerking - Invloed van de besparingen van de Gewesten en Gemeenschappen 
________________
aide au développement
politique d'austérité
budget régional
régions et communautés de Belgique
ontwikkelingshulp
bezuinigingsbeleid
provinciebegroting
gewesten en gemeenschappen van België
________ ________
18/12/2014 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 22/1/2015 )
19/2/2015 Antwoord
18/12/2014 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 22/1/2015 )
19/2/2015 Antwoord
________ ________
Question n° 6-322 du 18 décembre 2014 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-322 d.d. 18 december 2014 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le gouvernement flamand a annoncé bon nombre de mesures d'économie qui touchent aux compétences des Communautés et des Régions. Il ne fait dès lors aucun doute que certains accords de coopération conclus antérieurement ne pourront plus être appliqués de manière identique. À la suite des sérieuses économies dans les universités et hautes écoles, certains projets ne pourront pas non plus être poursuivis. Les économies imposées aux communes auront aussi des conséquences.

1) Le ministre peut-il me donner un aperçu détaillé des projets de coopération qui existent en matière de coopération au développement entre l'autorité fédérale et les Régions et les Communautés, ou les institutions qui en dépendent, comme les universités, les hautes écoles, les communes et les provinces?

2) Quels projets doivent-ils être adaptés à la suite des économies imposées par les Régions et les Communautés?

3) Quels sont les projets qui doivent être arrêtés?

4) Quelles répercussions les mesures d'austérité des Communautés et des Régions ont-elles sur la politique du gouvernement fédéral en matière de coopération au développement?

 

De Vlaamse regering heeft tal van besparingsmaatregelen aangekondigd, zowel op het vlak van de gemeenschapsbevoegdheden als op het vlak van de gewestbevoegdheden. Hierdoor kunnen zonder twijfel bepaalde vroegere samenwerkingsakkoorden niet langer op een identieke wijze verder gezet worden. Ook ingevolge ernstige besparingen binnen de universiteiten en hogescholen, zullen sommige projecten niet voortgezet kunnen worden. Ook besparingen die opgelegd worden aan de gemeenten zullen gevolgen hebben.

1) Kan de minister me een gedetailleerd overzicht geven van de samenwerkingsprojecten die er bestaan op het vlak van de ontwikkelingssamenwerking tussen de federale overheid en de Gewesten of Gemeenschappen, of instellingen die daarvan afhangen, zoals universiteiten, hogescholen en gemeenten en provincies ?

2) Welke projecten dienen aangepast te worden ingevolge de besparingen die de Gewesten en Gemeenschappen opleggen ?

3) Welke projecten dienen te worden stopgezet ?

4) Wat is de invloed van de besparingspolitiek van de Gewesten en Gemeenschappen binnen het beleid aangaande de ontwikkelingssamenwerking van de federale overheid ?

 
Réponse reçue le 19 février 2015 : Antwoord ontvangen op 19 februari 2015 :

1) Dans le cadre de la Coopération au développement, les autorités fédérales financent en effet des programmes de collaboration universitaire, via le VLIR-UOS et les programmes de la VVSG, l’Union des villes et des communes flamandes. Vous pouvez consulter la liste détaillée sur APD en ligne, un site Internet public qui reprend toutes les interventions de la Coopération belge au développement (adresse : http://diplomatie.belgium.be/fr/politique/cooperation_au_developpement/qui_sommes-nous/notre_organisation/APD/base_de_donnees/).

2) Les autorités fédérales n’ont pas connaissance de projets qui sont à adapter en raison des économies imposées par les Régions et les Communautés. Les programmes de collaboration universitaire et des villes et des communes sont financés à 100 % par les autorités fédérales. Ces programmes font toutefois l’objet d’un suivi au sein des villes et communes par des fonctionnaires communaux qui ne sont pas financés par les autorités fédérales. Néanmoins, nous n’avons jusqu’au présent reçu aucun message signalant des problèmes à ce propos.

3) Les autorités fédérales n’ont pas connaissance de projets qui devraient être suspendus.

4) Comme la quote-part des Régions et Communautés dans l’APD belge totale s’élève à près de 5 %, les économies éventuelles des Régions et Communautés n’auront qu’un impact limité sur les chiffres de l’APD belge.

1) De federale overheid financiert binnen Ontwikkelingssamenwerking inderdaad programma’s van universitaire samenwerking via VLIR-UOS en programma’s van VVSG, de Vereniging van Vlaamse steden en gemeenten. Voor een gedetailleerd overzicht kan u terecht op ODA online, een publieke website waar alle interventies van de Belgische Ontwikkelingssamenwerking zijn opgenomen (precieze link : http://diplomatie.belgium.be/nl/Beleid/Ontwikkelingssamenwerking/Wie_zijn_we/Onze_organisatie/ODA/ODA-databank/).

2) De federale overheid heeft geen weet van projecten die dienen aangepast te worden door de besparingen die de Gewesten en Gemeenschappen opleggen. De programma’s van de universitaire samenwerking en van de steden en gemeenten worden voor 100 % gefinancierd door de federale overheid. Wel worden deze programma’s bij de steden en gemeenten opgevolgd door ambtenaren van de gemeenten die niet door de federale overheid worden gefinancierd. Wij hebben echter nog geen bericht gekregen dat er zich hier problemen zouden stellen.

3) De federale overheid heeft geen weet van projecten die dienen gestopt te worden.

4) Aangezien het aandeel van de Gewesten en Gemeenschappen in de totale Belgische ODA bijna 5 % bedraagt, zal de impact van de eventuele besparingen van de Gewesten en Gemeenschappen op de Belgische ODA-cijfers veeleer beperkt zijn.