SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2014-2015 Zitting 2014-2015
________________
23 octobre 2014 23 oktober 2014
________________
Question écrite n° 6-169 Schriftelijke vraag nr. 6-169

de Bert Anciaux (sp.a)

van Bert Anciaux (sp.a)

au vice-premier ministre et ministre de la Sécurité et de l'Intérieur, chargé de la Régie des bâtiments

aan de vice-eersteminister en minister van Veiligheid en Binnenlandse Zaken, belast met de Regie der gebouwen
________________
le flou relatif au projet des centres d'appels d'urgence 112 de onduidelijkheid rond het 112-project voor noodcentrales 
________________
premiers secours
ASTRID
téléphone
lutte anti-incendie
police
eerste hulp
ASTRID
telefoon
brandbestrijding
politie
________ ________
23/10/2014 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 27/11/2014 )
26/2/2015 Antwoord
23/10/2014 Verzending vraag
(Einde van de antwoordtermijn: 27/11/2014 )
26/2/2015 Antwoord
________ ________
Question n° 6-169 du 23 octobre 2014 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 6-169 d.d. 23 oktober 2014 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

La ministre a récemment déclaré dans certains médias qu'elle mettait fin au projet 112.

Un terme est ainsi mis au plan visant à intégrer, dans chaque province, les centres d'appels d'urgence de la police et des services d'urgence.

La ministre fait référence à la qualité douteuse de ce qui a été réalisé jusqu'à présent, comme le calcul des itinéraires les plus courts pour les hélicoptères, la stabilité des communications téléphoniques, etc.

Les parties concernées par Astrid demandent à la ministre de clarifier d'urgence le statut de cette décision et l'avenir du projet.

Voici presque dix ans, l'ancien gouvernement Verhofstadt a décidé de rationaliser la prolifération des centres et des numéros d'urgence.

Est ainsi né le projet 112 : des télécommunications modernes et, dans chaque province, l'intégration de tous les services d'urgence dans un seul réseau.

Quatre provinces l'appliquent actuellement : la Flandre orientale, la Flandre occidentale, le Brabant flamand et Namur. Dans la province d'Anvers, les stations de travail Astrid ne fonctionnent plus depuis deux ans déjà.

La communication de la ministre étonne et semble très confuse.

La ministre confirme-t-elle qu'elle arrête à partir de maintenant le projet 112 et les réseaux Astrid ? Cela signifie-t-il la faillite de ce projet ou la ministre entretient-elle encore de l'espoir quant à la revitalisation du projet ? Dans ce cas se pose la question des conditions que fixe la ministre pour que le projet se poursuive. Dans quel délai et moyennant quelles actions la ministre y consacrera-t-elle des moyens supplémentaires ? La ministre comprend-elle que de nombreuses personnes concernées considèrent la décision à ce sujet comme très confuse et exigent la clarté absolue ? Comment la ministre procèdera-t-elle pour les provinces où les réseaux Astrid sont opérationnels et pour les nombreux investissements qui ont déjà été consentis ? Reste alors la question-clé: comment les citoyens pourront-ils finalement contacter un service d'urgence de manière adéquate et efficace ? Car c'est en fin de compte de cela qu'il s'agit.

 

Recent verklaarde de minister in sommige media dat ze het zogenaamde 112-project stopzet.

Daarmee komt een einde aan het plan om de noodcentrales van politie en hulpdiensten per provincie te integreren.

De minister verwijst naar de bedenkelijke kwaliteit van wat tot op heden werd verwezenlijkt, zoals de berekening kortste routes voor helikopters, de stabiliteit van het telefoonverkeer enz.

De betrokkenen bij Astrid vragen de minister dringend om meer duidelijkheid, over de status van deze beslissing en over de toekomst van het project

Bijna tien jaar geleden besliste de toenmalige regering-Verhofstadt om de wildgroei aan centrales en noodnummers te rationaliseren.

Zo ontstond het 112-project: moderne telecommunicatie, integratie van alle hulpdiensten in één netwerk, per provincie.

Momenteel passen vier provincies dit toe: Oost- en West-Vlaanderen, Vlaams-Brabant en Namen. In de provincie Antwerpen liggen de Astrid-werkstations al twee jaar stil.

De communicatie van de minister verrast en blijkt erg onduidelijk.

Bevestigt de minister dat zij het 112-project en de Astridnetwerken vanaf nu stopzet? Betekent dit het bankroet van dit project of koestert de minister nog hoop op een revitalisering van het project? In dat geval rijst de vraag naar de voorwaarden die de minister stelt aan een voortzetting. Op welke termijn en mits welke ingrepen en zal de minister daartoe extra middelen inzetten? Begrijpt de minister dat nogal wat betrokkenen de besluitvorming hieromtrent als erg onduidelijk ervaren en absolute duidelijkheid eisen? Hoe zal de minister omgaan met de provincies waar de Astridnetwerken operationeel zijn en met de vele investeringen die al gebeurden? Daarbij blijft de hamvraag: op welke wijze zullen burgers eindelijk op een adequate, efficiënte en effectieve wijze een hulpdienst kunnen contacteren. Want daar is het toch om te doen.

 
Réponse reçue le 26 février 2015 : Antwoord ontvangen op 26 februari 2015 :

L’honorable membre trouvera ci-après la réponse à ses questions: 

1-5. J'examine actuellement les différentes possibilités, avec l'administration et les disciplines concernées. Je prendrai en temps utile les décisions nécessaires pour savoir si les migrations des Centres de secours 112/100 se poursuivront ou si elles nécessitent une adaptation. 

Je souhaite que l'on puisse satisfaire au mieux aux besoins des trois disciplines afin que les personnes en détresse puissent bénéficier de la manière la plus adéquate de l'aide des différentes disciplines (aide policière urgente, aide médicale urgente et services d'incendie).

Het geachte lid vindt hieronder het antwoord op zijn vragen: 

1-5. Ik onderzoek momenteel met de administratie en de betrokken disciplines de verschillende mogelijkheden. Ik zal ten gepaste tijde de nodige beslissingen nemen of de migraties van de Hulpcentra 112/100 voortgezet worden of dienen te worden bijgestuurd.  

Het is mijn betrachting dat de behoeften van de drie disciplines maximaal vervuld kunnen worden zodat mensen in nood op de meest adequate manier aanspraak zouden kunnen doen op hulp van de verschillende disciplines (dringende politiehulp, dringende geneeskundige hulp en brandweerhulp).