SÉNAT DE BELGIQUE BELGISCHE SENAAT
________________
Session 2011-2012 Zitting 2011-2012
________________
4 juillet 2012 4 juli 2012
________________
Question écrite n° 5-6685 Schriftelijke vraag nr. 5-6685

de Nele Lijnen (Open Vld)

van Nele Lijnen (Open Vld)

au vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et des Affaires européennes

aan de vice-eersteminister en minister van Buitenlandse Zaken, Buitenlandse Handel en Europese Zaken
________________
Corée du Nord - Camps disciplinaires - Droits de l'homme Noord-Korea - Strafkampen - Mensenrechten 
________________
régime pénitentiaire
réfugié
Chine
Corée du Nord
établissement pénitentiaire
droits de l'homme
strafstelsel
vluchteling
China
Noord-Korea
strafgevangenis
rechten van de mens
________ ________
4/7/2012 Verzending vraag
31/7/2012 Antwoord
4/7/2012 Verzending vraag
31/7/2012 Antwoord
________ ________
Question n° 5-6685 du 4 juillet 2012 : (Question posée en néerlandais) Vraag nr. 5-6685 d.d. 4 juli 2012 : (Vraag gesteld in het Nederlands)

Le « NRC Handelsblad » se demande, dans son édition du 20 juin 2012, pourquoi l'Occident ne se soucie plus du sort des centaines de milliers de prisonniers vivant dans des conditions de misère extrême dans les camps disciplinaires de Corée du Nord.

Il n'y a pas d'autre pays au monde que la Corée du Nord où l'on puisse aussi facilement se retrouver dans un camp disciplinaire. Selon des témoins, il suffit de ne pas avoir dépoussiéré à temps le portrait de l' « éternel » leader Kim Il-Sung pour disparaître pour longtemps dans un camp disciplinaire. Les conditions de vie dans les camps dépasent tout ce que l'on peut imaginer. « De nombreux prisonniers y sont battus, torturés et exécutés et personne n'y mange jamais à sa faim. Celui qui pendant des journées de travail de 12 à 15 heures n'atteint pas son quota de production, disparaît souvent pour longtemps dans une cellule si petite qu'on ne peut ni y tenir debout, ni s'y asseoir. » Afin de clouer au pilori ces « goulags cachés » de Corée du Nord, une délégation composée de représentants de diverses organisations de défense des droits de l'homme a sillonné l'Europe la semaine dernière. Selon l'un de ses membres, David Hawk, la communauté internationale doit exiger le démantèlement des camps par la Corée du Nord. « Si le monde persévère suffisamment longtemps, le régime finira, espérons-le, par faire quelque chose ».

Mes questions au ministre sont les suivantes :

1) Comment réagissez-vous au constat posé par l'expert des droits de l'homme, David Hawk, sur les camps disciplinaires de Corée du Nord ? Quel est votre jugement à cet égard ?

2) Ces informations concordent-elles avec des rapports que vous auriez déjà reçus à ce sujet ?Pouvez-vous fournir une analyse détaillée ? Quel regard portez-vous sur cette situation ?

3) Pensez-vous aussi que la communauté internationale ne soulève pas ce problème assez souvent lors des forums internationaux ? Dans la négative, où ce problème a-t-il été évoqué lors de l'année écoulée et quelles décisions ont-elles été prises ? Dans l'affirmative, quelles initiatives envisagez-vous ?

4) La communauté internationale envisage-t-elle actuellement des initiatives concrètes pour s'atteler sérieusement au problème des camps disciplinaires ? Si oui, lesquelles et dans quels délais ?

5) De quelle façon tente-t-on d'exercer une pression internationale sur la Chine afin qu'elle mette fin au renvoi dans leur pays de réfugiés nord-coréens ? Cette pression a-t-elle donné des résultats ?

6) Voyez-vous la possibilité de faire part de vos préoccupations à ce sujet à la Corée du Nord ?

 

In een artikel in het NRC Handelsblad van 20 juni 2012 wordt de vraag opgeworpen waarom het Westen zich niet meer bekommert over het lot van de honderdduizenden gevangenen die onder buitengewoon erbarmelijke omstandigheden in de Noord-Koreaanse strafkampen leven.

In geen enkel land ter wereld belanden mensen zo makkelijk in een strafkamp als in Noord-Korea. Het niet tijdig afstoffen van het portret van de "eeuwige" leider Kim Il-Sung is reden genoeg om voor langere tijd in een kamp te verdwijnen, aldus getuigenissen. De omstandigheden in de kampen tarten elke verbeelding. "Veel gevangenen worden er geslagen, gemarteld en geëxecuteerd en niemand heeft er ooit genoeg te eten. Wie tijdens de werkdagen van 12 tot 15 uur per dag zijn productiequotum niet haalt, verdwijnt vaak langere tijd in een cel die zo klein is dat je er niet rechtop in kunt staan of kunt zitten." Om deze "verborgen Goelag" van Noord-Korea aan de kaak te stellen, reisde afgelopen week een delegatie van vertegenwoordigers van verschillende mensenrechtenorganisaties door Europa. Volgens David Hawk, een van de delegatieleden, moet de internationale gemeenschap er op staan dat Noord-Korea de kampen ontmantelt. "Als de wereld lang genoeg aanhoudt, zal het regiem er hopelijk uiteindelijk wat aan doen."

Ik had dan ook volgende bijkomende vragen voor de minister:

1) Hoe reageert u op de bevindingen van mensenrechtenexpert David Hawk over de strafkampen in Noord-Korea? Wat is uw oordeel hierover?

2) Komt deze informatie overeen met eerdere rapporten die u hieromtrent zou hebben ontvangen? Kan u deze uitvoerig toelichten? Hoe schat u de situatie in?

3) Bent u het ermee eens dat de internationale gemeenschap dit probleem te weinig aan bod brengt op de internationale fora? Zo neen, waar werd dit probleem het afgelopen jaar besproken en welke besluiten vloeiden hieruit voort? Zo ja, kan u toelichten wat u hieraan gaat doen?

4) Bestaan er op dit moment concrete initiatieven binnen de internationale gemeenschap om de situatie van de strafkampen serieus aan te pakken? Zo ja, welke en binnen welke termijn?

5) Op welke wijze wordt tevens geprobeerd om de internationale druk op China op te voeren om te stoppen met het terugsturen van Noord-Koreaanse vluchtelingen naar hun eigen land? Zijn hiervan resultaten bekend?

6) Ziet u mogelijkheden om uw bezorgdheden hieromtrent door te geven aan Noord Korea?

 
Réponse reçue le 31 juillet 2012 : Antwoord ontvangen op 31 juli 2012 :

L'existence d'un vaste réseau de camps de prisonniers en Corée du Nord nous est bien connue. Notre connaissance des conditions de vie est souvent basée sur les nombreuses déclarations des réfugiés nord-coréens.

Le fait que la Corée du Nord refuse aux observateurs étrangers, tels la Croix-Rouge internationale ou le rapporteur des Nations Unies pour les droits de l'homme en Corée du Nord, l'accès à ces camps, nous laisse en effet à penser que plusieurs formes de mauvais traitements et de pratiques de torture sont appliquées et doivent être cachés au monde extérieur. Sont particulièrement préoccupants les nombreux rapports sur la détention, parfois à perpétuité, de familles entières. Il peut probablement être question ici de crimes contre l'humanité.

Les moyens d'action contre la Corée du Nord dont dispose la communauté internationale sont limités. La Belgique et les autres États membres de l'Union européenne soutiennent - à la fois tant en 3e Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York qu’au Conseil des Droits de l'Homme à Genève - les résolutions pays sur la Corée du Nord.

A l'occasion de réunions bilatérales occasionnelles avec des diplomates et fonctionnaires nord-coréens, le Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères ne manque pas de mentionner sa préoccupation au sujet de la situation des droits de l'homme.

Suite à une visite du secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, le SPF Affaires étrangères a publié un communiqué de presse le 18 avril dernier où, à côté de nos préoccupations au sujet du programme nucléaire nord-coréen et des relations intercoréennes, beaucoup d'attention a également été accordée à la situation désastreuse des droits de l’homme et au problème de la famine et de la malnutrition en Corée du Nord.

Je prends bonne note de la recommandation de l'honorable sénateur de soulever également directement la politique chinoise de refoulement des réfugiés Nord-coréens emprisonnés en Chine. Lors de chaque réunion bilatérale, la question des droits de l'homme est également abordée. Je suis en principe d'accord avec l’honorable sénateur pour affirmer qu'une plus grande attention devrait aller à la réduction de certaines pratiques, comme le refoulement des réfugiés nord-coréens. La Belgique peut en tout cas se retrouver dans les précédentes démarches que le Haut Commissaire pour les réfugiés a entreprises auprès du gouvernement chinois à ce sujet. Il semble qu’actuellement la Chine ait temporairement arrêté sa politique de refoulement, en partie par mécontentement au vu de la poursuite du programme nucléaire militaire nord coréen.

Het bestaan van een uitgebreid netwerk van strafkampen in Noord-Korea is ons genoeglijk bekend. Onze kennis van de leefomstandigheden is meestal gebaseerd op de vele verklaringen van Noord-Koreaanse vluchtelingen.

Het feit dat Noord-Korea aan buitenlandse waarnemers, zoals het Internationale Rode Kruis of de Verenigde naties (VN)-rapporteur voor Mensenrechten voor Noord-Korea, de toegang tot die kampen ontzegt, doet ons inderdaad vermoeden dat er diverse slechte behandelingen en martelpraktijken worden toegepast die voor de buitenwereld moeten worden afgeschermd. Bijzonder zorgwekkend zijn ook de vele verslagen over de aanhouding van ganse families, die soms levenslang worden opgesloten. Wellicht kan er hier ook sprake zijn van misdaden tegen de menselijkheid.

De internationale gemeenschap is beperkt in haar actiemiddelen tegenover Noord-Korea. België en de overige Europese unie-lidstaten steunen - zowel bij de 3de Commissie van de VN-Algemene Vergadering te New-York als bij de Mensenrechtenraad te Genève - de landenresoluties met betrekking tot Noord-Korea.

Ter gelegenheid van occasionele bilaterale ontmoetingen met Noord-Koreaanse diplomaten en ambtenaren laat Federale Overheidsdienst (FOD) Buitenlandse Zaken niet na om ook onze bezorgdheid over de toestand van de mensenrechten ter sprake te brengen.

Na aanleiding van een bezoek van VN secretaris generaal Ban kKi-moon, heeft de FOD Buitenlandse Zaken op 18 april jl. een persverklaring gepubliceerd, waarin naast onze bezorgdheden betreffende het Noord-Koreaanse nucleaire programma en de inter-Koreaanse betrekkingen, ook ruimschoots aandacht werd besteed aan de rampzalige mensenrechtensituatie en het probleem van honger en ondervoeding in Noord-Korea.

Ik neem nota van de aanbeveling van de geachte senator om het Chinese terugstuurbeleid van gevatte Noord-Koreaanse vluchtelingen ook rechtstreeks met China ter sprake te brengen. Bij elke bilaterale vergadering komen ook de mensenrechten ter sprake. Ik ben het met de geachte senator in principe eens dat er meer aandacht zou moeten gaan naar het terugdringen van bepaalde praktijken, zoals het terugsturen van Noord-Koreaanse vluchtelingen. België kan zich in ieder geval vinden in de eerdere demarches die het Hoog Commissariaat voor de Vluchtelingen daartoe bij de Chinese overheid heeft ondernomen. Momenteel lijkt het erop dat China haar terugstuurbeleid tijdelijk zou hebben stopgezet mede uit onvrede met het voortgezette Noord-Koreaanse militaire nucleaire programma.